Rappel interdiction brûlage des déchets verts

Le brûlage des déchets verts (tontes de pelouse, tailles de haies et d’arbustes, feuilles mortes,…) peut générer divers troubles :

Nuisance dans l’environnement (substances polluantes dans l’air)

Risques pour la santé (particules aux composés cancérigènes)

Potentielles propagations d’incendies.

Le brûlage, associé à d’autres déchets comme les plastiques ou les bois traités, la toxicité des substances peut être accrue.

En cette période hivernale (temps froid et sec), la pollution atmosphérique reste sensible. La combustion de biomasse représente localement une source conséquente dans les niveaux de pollution (de 40 à 65 % des émissions de particules pendant les pics de pollution). L’incinération de 50 kg de déchets verts peut notamment produire autant de particules que 38 000 km parcourus par une voiture essence ou 6 mois de chauffage au fioul.

Cette pratique est réglementée par l’article 84 du Règlement Sanitaire Départementale et la circulaire du n°2011-431 du 18 novembre 2011 relative à l’interdiction du brûlage à l’air libre des déchets verts. Sur notre département, le brûlage à l’air libre est interdit toute l’année pour les particuliers et les professionnels, et est passible d’une amende de 450 euros.

Les déchets verts doivent être déposés en déchetteries ou dans le cadre de la collecte sélective. Il est également possible d’en faire du compost individuel.

Seules quelques situations peuvent bénéficier d’une dérogation préfectorale.

Néanmoins, il est estimé qu’environ un million de tonne de déchets verts provenant de l’entretien des jardins de particuliers sont brûlés chaque année.