Cérémonie du 11 novembre

Commémoration de la victoire et de la Paix

Discours de Nathalie Aubin, Maire

Au nom de tous ceux et toutes celles qui ont laissé leur vie dans cette Grande Guerre de 1914 à 1918 pour que nous vivions en paix, je vous remercie de prendre le temps de venir leur rendre hommage en ce lundi 11 novembre.

Avant de vous lire le message de la secrétaire d’état auprès de la ministre des armées, je voudrais rappeler si beaucoup donne leur vie à la guerre, quelques uns engrangent des bénéfices. Je veux parler des marchands de canons :

En 1914, L’état-major réclamait 100 000 obus de 75 par jour alors qu’on en fabriquait 10 000. Entre 1915 et 1917, les usines Renault assembleront 2000 chars FT-17, doubleront leur production de camions et produiront 8,5 millions d’obus. Citroën s’installe Quai de Javel en 1915 pour produire 24 millions d’obus. Les chiffres d’affaires et les profits explosent pour les grands patrons. Schneider, Michelin, Peugeot, Bloch (Dassault)… Les colonies sont mises à contribution (mines de cuivre du Katanga au Congo Belge) pour les douilles des munitions. Shell approvisionne le corps expéditionnaire britannique et fournit 80% du TNT. Idem du côté allemand avec Bayer, Krupp, Rheinmetall.

“On croit mourir pour la patrie, on meurt pour les industriels” disait Anatole France en 1922.

Je vais vous lire le message de Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’état auprès de la ministre des armées, ensuite nous entendrons les noms des soldats morts pendant la grande guerre et ceux morts en opération extérieures. Nous terminerons par la Marseillaise de la Paix interprétée par les enfants de l’école que je remercie chaleureusement ainsi que leurs enseignantes pour leurs participation.

messageoffciel20191111-1.pdf (28 téléchargements)

J’ajouterai que la laïcité est le principe qui permet à tous les citoyens français, quelle que soit leur option philosophique, de se retrouver dans la République. Les cérémonies du 11 novembre doivent cultiver l’unité du peuple français. Elles ne sauraient pousser à sa fragmentation.

Vive la république, Vive la sociale, Vive la France