Retour sur les rencontres «Quartiers Libres»

Dossier Spécial | Haux Actus #49

Les rencontres “Quartiers Libres”

Les 10 rendez-vous qui vous ont été proposés entre le 13 mai et le 4 juillet 2015 ont permis à vos élus de rencontrer environ 90 d’entre vous, avec parfois une intéressante représentativité des quartiers. Ces discussions de plein air consistaient à faire connaissance bien sûr, mais aussi à échanger et observer afin d’établir  un état des lieux précis des besoins et des priorités.

Nous vous remercions vivement d’avoir répondu avec bienveillance et simplicité à cet élan spontané de démocratie participative improvisée. Celle-ci nous a offert le plaisir de rencontres riches d’enseignements et de pistes de travaux à privilégier.

A présent, retour sur les points que vous avez le plus fréquemment  évoqués :

Première préoccupation des Hauxois :

La route et ses à cotés

Haux est un village étendu à l’habitat dispersé, relié par 27 kilomètres de voies et de chemins ruraux. Notre commune est donc celle de la CCC* disposant du réseau le plus long, versus Créon, Sadirac ou encore Madirac, qui ont respectivement 22, 15 et 3 kilomètres de voiries à entretenir.

Ce détail n’est pas neutre, notamment au niveau financier : la voirie représente 307358,00 e en 2015, soit la moitié du budget d’investissement communal pour l’année.

*Communauté de Communes du Créonnais

Les routes

Les travaux envisagés sur le budget 2015

  • Priorité à La route de Greteau, notamment à cause de la dangerosité liée à son état. Les travaux de réfection se porteront sur un tronçon de 2,2 kilomètres entre la Guenille et la Route Départementale 20 avec prévision d’aménagements, notamment pour limiter la vitesse.
  • Achèvement des travaux de raquette de contournement et trottoirs du lotissement Chanteloup.
  • Réalisation de divers travaux de reprise de voirie sur la commune.
  • Réfection envisagée de la route de la petite Lande au Clos de Chaumont en fonction du reste à dépenser sur le budget 2015. Sinon, report sur le budget 2016.

Coût estimé : 80000,00 €

 

Bon à savoir

La réfection des routes nécessite de passer par un marché public. La prestation à maîtrise d’oeuvre est obligatoire dès que nous touchons aux fondations de la route. Par ailleurs, nombre d’aménagements peuvent faire l’objet de demandes de subventions et de consultation et/ou autorisation du Centre Routier. Ces procédures sont longues et expliquent que vous puissiez vous poser des questions sur la lenteur de mise en oeuvre des travaux.

A noter

Les nids de poule du Giron aux Tuileries, dans la montée de Courcouyac et à La Lande ont d’ores et déjà été rebouchés.

Aménagement et sécurisation de l’entrée Nord : où en sommes-nous ?

Le projet concerne le tronçon qui va du panneau d’entrée de village à la bibliothèque. Il consiste en l’installation d’un plateau ralentisseur au niveau de l’entrée du lotissement Chanteloup, ainsi que d’une écluse avant le lieu-dit Bergueil. L’aménagement prévoit également la sécurisation des piétons, avec l’installation de trottoirs aux nouvelles normes handicapés.

A quelques détails près, le dossier technique est donc finalisé.

Des demandes de subvention ont été adressées à l’Etat et au Conseil Départemental de la Gironde pour la somme de 98800,00 € HT.

Le retour qui nous en est fait est inférieur à 40000,00 € ; ce qui compromet fortement la réalisation du projet en l’état.

Face à cette situation, 2 axes de travail sont en cours :

  • Interventions auprès des institutions et des politiques pour défendre le projet et obtenir une majoration de leur proposition. Si ces démarchent aboutissent, le projet pourrait être réalisé en l’état.
  • Révision du projet pour une sécurisation à moindre coût.

Coût actuel estimé :
164750,000 € HT, soit 197700,000 € TTC

Les bords de route

Le fauchage

Le fauchage du champ proche de l’école ainsi que des voies et chemins ruraux de la commune nécessite environ 4 semaines de travail à temps complet entre mai et août. Cette tâche a été confiée dès le mois de juin à un intervenant extérieur, M. Ben Bouhadi ; et ce par intervalles, jusqu’en août.

Deux axes d’optimisation sont en réflexion :

  • Ré-internaliser l’activité de fauchage saisonnier par l’embauche ultérieure d’un deuxième agent technique, en renfort de M. Ducloux.
  • Travailler sur un plan de fauchage communal qui permettrait d’assurer la sécurité des usagers tout en conciliant des fonctions écologiques et paysagères.

Le curage

Constatant les nombreux problèmes de ruissellement des eaux, s’est posée la question de l’entretien des fossés. Nous poursuivrons donc les travaux amorcés en 2014 en nous occupant prochainement des zones du Basque, de Vimeney, Petit Mingot, Gréteau, Petite Lande, Espelette, Chaumont, Roudey et Marchand.

Mais attention ! Le curage des fossés est un moyen, pas une solution ! Il revient à chacun de gérer intelligemment ses eaux de pluie en prévoyant des systèmes de récupération ou d’épandage, avant un rejet dans la canalisation des eaux pluviales ou dans les fossés.

Bon à savoir

Le fauchage des routes départementales est sous la responsabilité du Conseil Départemental. Celui-ci n’interviendra pas si la distance de visibilité est conforme aux normes, soit 150 m pour une route limitée à 90 km/h.

5 kilomètres de fossés curés et arasés reviennent en moyenne à 19000,00 €.

Deuxième préoccupation des Hauxois :

La desserte numérique

Bien que le réseau actuel date de 2013, Haux fait partie des 10 communes girondines les plus sinistrées en matière de débit internet.

Le village est raccordé à un réseau cuivre, qui s’écroule progressivement, au fur et à mesure que croit le nombre de connexions.

La création de sites web liés à des activités commerciales (domaines viticoles, hébergements…), streaming, télétravail, téléchargements audio et vidéo y sont en constante évolution.
La demande était forte avant 2013, elle est exponentielle depuis.

Précisons que Haux se distingue par 3 zones différentes de connexion :

1. La zone 1 de Courcouyac, Lagorce et La Clotte est connectée au réseau de Portets, lui-même rattaché à Langoiran. Les moyens techniques qui y seront développés ne sont pas définis car les territoires autour de Haux n’ont  pas encore été rencontrés. Lorsque ce sera le cas, ces hameaux pourraient bénéficier des améliorations alors envisagées, sous réserve d’un accord entre les Communautés de Communes du Vallon de l’Artolie et du Créonnais.

2. La zone 2 du Juge et de Millé est rattachée à Créon. L’habitat y est isolé et éloigné du réseau traditionnel, ce qui rend sa connexion improbable au vu du coût. La seule alternative apparente est le recours satellitaire, que Gironde Numérique subventionne à hauteur de 400 € par foyer.

3. La zone 3 concerne la majorité de la commune, connectée au répartiteur (DSLAM) de Haux.

Pour que soit discuté et accepté le projet de déploiement d’une infrastructure Haut Débit à Haux , la municipalité a fait valoir ses arguments et exprimé sa volonté d’améliorer rapidement son débit internet, auprès de Gironde Numérique et de la Communauté de Communes du Créonnais. Nous avons été entendus : notre problématique est considérée comme prioritaire par l’ensemble des co-financeurs du projet que sont l’Etat, la Région, le Département et la Communauté de Communes.

A ce titre, nous espérons un passage de notre DSLAM en fibre optique à l’horizon 2017. Ces travaux auraient pour effet de passer la connexion actuelle de 8 Méga théoriques (1 Méga observé aux heures pleines) à 30 Méga théoriques à la sortie du répartiteur, exception faite de la perte en ligne.

Pour autant, attention ; même si le dossier est suivi de très près, rien n’est encore gagné !

Troisième préoccupation des Hauxois :

La collecte des Ordures Ménagères et le Tri Sélectif

Ah ! Les poubelles ! Toute une histoire.

Elles sont sales, elles sont moches, elles sont pleines ! Elles font l’objet de dépôts illicites et de toutes sortes d’incivilités. Et depuis que la Communauté de Communes du Vallon de l’Artolie est passée en collecte à la levée, nous croulons un peu plus sous les déchets !

Là encore, notre commune présente des caractéristiques propres : argiles, carrières et habitations éparses desservies par des chemins ruraux qui empêchent le passage de la benne de 19 tonnes.

Ces particularités nous amènent à fonctionner avec un système mixte, tantôt individuel, tantôt collectif, dont le coût est supporté solidairement par les hauxoix.

Des zones critiques ont été identifiées, compte tenu du volume de dépôts illégaux ou de l’état du point de collecte, voire les deux. Le dispositif nécessite d’être amélioré. Nous y travaillons. Mais gare ! Pas de miracle à la clé !

Bon à savoir

En 2015, l’évacuation des dépôts illicites a couté 1575 € à la collectivité. Sans compter le temps passé.

Les pistes de travail :

  • Modification du parcours de la benne 19 tonnes
  • Passage de zones collectives en zones individuelles
  • Autorisation « officielle » de zones de collectes mixtes (choix du dépôt collectif ou individuel laissé à l’administré)
  • Déplacement de points de collecte
  • Recours à la mini benne de 7.5 tonnes de façon ciblée
  • Vérification des limitations de tonnage
  • Campagne de changement de bacs (harmonisation)
  • Réfection de points de collecte
  • Serrures sur certains bacs collectifs…
  • Réflexion sur les zones d’apports volontaires

Les différentes options, par zone, sont examinées de concert avec les agents du SEMOCTOM et du Centre Routier. Les conclusions seront rendues prochainement.

Quatrième préoccupation des Hauxois :

Pollutions et Qualité de l’Air

Vous vous êtes montrés interrogatifs et/ou inquiets à propos de l’impact probable sur l’environnement et la santé publique de différents dépôts, rejets et traitements polluants réalisés alentours.

La municipalité réaffirme sa responsabilité en matière de veille sanitaire et sa position volontariste en matière de respect de l’environnement.

Pour réfléchir et oeuvrer ensemble, progressivement, dans le sens de la préservation environnementale et des alternatives écologiques, une commission municipale, composée d’élus et d’habitants, sera créée en 2016.

Cinquième préoccupation des Hauxois :

La Desserte de Transports Collectifs

Absence de transports collectifs sur la commune et dispositifs intercommunautaires existants pas forcément adaptés (Transport à la demande et Covoiturage en Créonnais) : voilà en synthèse ce qui remonte des réunions de quartier…

Les lignes de transport qui desservent aujourd’hui le secteur de l’Entre-deux-mers ont été mises en oeuvre conformément au plan départemental des transports approuvé le 20 décembre 2010 par l’Assemblée Départementale.

Le plan de conventionnement, révisable tous les 9 ans, fera l’objet d’une nouvelle étude à partir de 2017, pour une mise en oeuvre en 2019.

L’enquête que nous mettons à votre disposition en page centrale de ce magazine d’informations nous permettra d’analyser de manière plus fine les besoins en matière de transports.

Forts des résultats obtenus, nous manifesterons auprès des autorités compétentes (Conseil Départemental ou Régional), notre souhait d’inscrire la commune de Haux dans la réflexion autour du plan de conventionnement 2019.